Photo by June Ueno
20mars 2021

Video Streaming, "RA"pour Alto et live electronic avec une danseur (2019-20) (CM)

Composition and Concept : Malika Kishino 

Viola : Vincent Royer

Choreography, Dance Stage Set : Noëllie Poulain

Live - Electronic : Gilles Doneux, Centre Henri Pousseur Liège

Light and Video : Alfred Jansen

Sound : Jan Lövenhaupt

Textile (Ra) : Akihiko Izukura

Photo : June Ueno

MKW-Stipendium Program (Ministeriums für Kultur und Wissenschaft des Landes Nordrhein-Westfahren)

Co-orgnizer : Japan Cultural Institute in Cologne (The Japan Foundation)

Collaboration : Center Henri Pousseur Liège, Akihiko Izukura, Edizioni Suvini Zerboni in Milano

****
RA pour alto et live électronique (2019-20)

Motifs⎥Mouvement circulaire⎥Cycle

RA [羅] est un textile traditionnel japonais en soie fin et étincelant. Il fut introduit au Japon à partir de la Chine au 4ème siècle.

Délestage, la cueillette, le lattage... en utilisant un métier à tisser pour fixer les fils de chaîne, en entrelaçant la trame à travers eux.

RA [羅] est une sorte de lacis de soie qui est produit par la répétition de ce motif. Les différentes tailles de filets produisent les motifs du textile.
Dans "RA", j'essaie de remplacer les motifs créés par des trames, des chaînes et des filets à travers le matériel sonore.
Des sons tenus ainsi que des trémolos forment les trames, les mouvements ascendants rapides tels que les glissandi et les gammes forment les chaînes et le silence les filets.
Lorsque ces figures sont jouées par l’alto et entrelacées par les sons électroniques live, ils produisent des textures et des couches sonores.

Outre le matériau sonore à motifs, la forme et les gestes par cycles et mouvements circulaires jouent également un rôle très important dans l’œuvre.

Le Japon a une longue histoire de sériciculture. Pour produire de la soie, la culture du ver à soie y a été développée.
Le ver à soie est un petit insecte très domestique dont le cycle de vie est assez court. Après l'éclosion de l’œuf, les vers mettent un mois à devenir assez gros pour filer la soie.
Le ver à soie, lorsqu'il a suffisamment mangé, bouge la tête en forme de 8 lorsqu’il fait tourner le cocon, et il poursuit ce mouvement circulaire pendant près de 3 jours pour achever le cocon.
Pour obtenir de la soie, les cocons se font ensuite bouillir par l’homme. Ainsi, on peut dire que le bénéfice de la soie repose sur le sacrifice des vers à soie. Ceci est bien la raison pour laquelle dans l'histoire de la sériciculture au Japon, le ver à soie est respecté comme animal sacré.

Le mouvement circulaire des vers à soie est pour moi comme une métaphore des chaînes de vie.
Je représente ce mouvement circulaire par des arpèges répétés par l´alto, muni de matériel sonore et gestuel important.
En une vingtaine de minutes, la musique évolue progressivement et en permanence comme si c’était notre propre cycle de vie ou celui d’un ver à soie.
L'espace dessiné par le mouvement des couches sonores donnera la sensation, comme si nous étions entourés par le son de soie, à l'intérieur du cocon.

Cologne, 10.12.2019
Malika KISHINO